Instagram de Maman Tortue

Retrouvez-nous sur Instagram !

0
Déménagement et cie

Bonus déménagement : l’emballage et la nuit (blanche) qui a suivi

1 mars 2016

 

 

Avant de clore ce palpitant chapitre du déménagement jusqu’à la prochaine fois, revenons un instant sur le jour où on est vraiment entrés dans le vif du sujet.

Le 15 décembre 2015, après plus d’un mois de préparatifs et de tri intense, les hommes en rouge de notre transporteur AGS ont empaqueté toute notre vie en moins d’une journée.

Une journée qui allait être bien plus longue que la durée réglementaire de 24h, mais ça nous ne le savions pas encore …

 

 

deme7_opt

 

deme1_opt

 

deme3-opt

 

Avec Papa Tortue, nous les regardions faire (ils ne voulaient pas qu’on touche aux choses fragiles, donc bon), émus, en se félicitant de notre organisation qui jusqu’ici était au top.

Pour nos deux dernières nuits en France, il avait réservé l’hôtel d’à côté, où nous avions habité provisoirement (deux ans quand même), quand nous étions (un peu plus) jeunes et (beaucoup plus) insouciants, bref, quand nous n’avions pas d’enfant.

So romantic.

Le programme de la soirée et de la dernière journée était parfait : repos pendant que Bébé Tortue serait à la crèche pour la dernière fois, piscine en famille et le restaurant de l’hôtel où nous avions nos habitudes (avant).
Il fallait bien que cette aventure de cinq années plutôt rocambolesques à Bledmouillé se termine en apothéose…

Pauvres naïfs.

Apothéose il y eut, mais pas celle qu’on avait prévue…

Bébé Tortue nous a offert le bonheur de vivre une expérience que nous n’avions pas encore connue jusque là. Avant de partir, il fallait bien qu’on fasse un petit tour aux urgences pédiatriques, celles du nouvel hôpital en plus, il aurait été dommage de passer à côté …

 

Un petite maladie pour la route

Le soir venu, une fois le camion de déménagement bouclé et le dernier coup de serpillère passé, nous avons récupéré à la crèche un bébé tout flagada et très chaud. Ce dont nous avions l’habitude, puisque comme vous savez, les microbes aiment beaucoup les enfants et la vie en collectivité.

Mais le flagada a vomi sur le lit king-size de l’hôtel. Là, nous avons opté mentalement pour le room-service à la place du resto. Puis SOS Médecins a dit que non, un bébé aussi flagada, il faut l’emmener aux urgences, surtout à moins de 48h d’un voyage en avion. Là, nous avons mentalement dit au-revoir au room-service.
Et aussi au lit king-size (qui de toute façon … bref, vous avez suivi).

Il y a eu ce soir-là aux urgences deux bébés en détresse vitale, il était bien normal que les cas fort peu critiques comme le notre passent après.
Il y a eu des soupçons de maladies bien pénibles pour Bébé Tortue.
Il y a eu huit heures en tout, entre les salles d’attentes, les couloirs et la consultation.
Il y a eu des moments de solitude pour Maman Tortue, à chaque fois qu’un interne lui demandait :

 

-Et il a combien de température ?
-Euh, je sais pas, beaucoup …
-Oui mais combien ?
-En fait, vous savez, le thermomètre est parti dans un container aujourd’hui,  je pensais récupérer celui de la crèche pour mettre dans la valise pour ne pas en avoir deux sur moi, et comme on est à l’hôtel, on n’a pas …
-Vous savez pas combien il a ?
-Hin-hin (rire gêné de la mère prise en défaut), non je sais pas. Mais beaucoup, sans doute …

 

Bref. Nous sommes sortis de là fourbus à deux heures du matin avec un bébé subitement en pleine forme, requinqué par une bonne petite solution de réhydratation.
Nous y sommes retournés à 6 heures du matin avec un bébé encore plus flagada que la veille…

Ça a duré encore quelques heures, histoire que le souvenir soit vraiment impérissable.
Et puis nous sommes partis pour de bon, en avion.

La maladie de Bébé Tortue est restée mystérieuse pour le corps médical. Sans doute une déménagïte aiguë.

Mais les 30 heures de voyage, ça a été de la rigolade à côté des urgences pédiatriques de Bledmouillé

 

urgences_opt

Mercredi : au bout du rollmops

 

avion_opt

Jeudi : ça va déjà mieux

    Commenter