Instagram de Maman Tortue

Retrouvez-nous sur Instagram !

0
Déménagement et cie

Le cas Mado, ou comment importer un chat en Nouvelle-Calédonie

27 décembre 2015
Importer_chat_nouvelle_caledonie

A Roissy. On ne fait pas la maligne …

 

Un déménagement international, déjà, c’est compliqué. Et ça se corse encore quand on veut emporter un véhicule ou une plante.

Ou, soyons fous, un chat.

Quelle idée aussi …

Sauf qu’avec ma veille copine, nous ne sommes plus à un déménagement près. Et ce n’est pas un peu de paperasse qui va nous arrêter. La preuve …

 

Pourquoi c’est si réglementé

La Nouvelle-Calédonie est un territoire indemne de rage, et ne tient pas spécialement à importer les maladies et parasites de nos amis les animaux métropolitains. Ce qui explique que la procédure soit si stricte et complexe, assortie d’un séjour en quarantaine à l’arrivée.

Mais c’est possible. Il faut s’y prendre au minimum 3 mois à l’avance, bien suivre toutes les étapes du protocole d’importation, et disposer d’un bon budget.

(J’ai vendu ma voiture pour offrir un billet d’avion à mon chat. J’hésitais entre ça et vendre un rein, mais comme il aurait fallu que je vende au moins deux reins pour importer la voiture, c’était finalement la meilleure solution.)

La procédure que je décris là est celle qui était en vigueur fin 2015, notez qu’elle concerne uniquement les chats (lire le protocole d’importation).

Pour les chiens, poissons, chevaux et le reste de l’arche de Noé, voir les protocoles spécifiques sur le site de la Direction des Affaires Vétérinaires, Alimentaires et Rurales de Nouvelle Calédonie.

 

Au préalable : les vaccins

Si votre chat n’est pas vacciné contre la rage, commencez par là dès que vous êtes informés de votre départ, car les animaux primo-vaccinés ne sont importable que 6 mois après l’injection (voir la liste des vaccins autorisés).

Pour les chats déjà vaccinés contre la rage, faites faire au plus vite par votre vétérinaire une prise de sang pour le titrage des anticorps antirabiques, car le test (positif) doit dater de 3 mois minimum au moment du départ.
Attention : l’analyse n’est valable que si elle a été réalisée dans l’un des quatre laboratoires agréés en France. Comptez dans les 90 euros.

Pour mon chat, j’avais fait ce test avant même si savoir si vraiment on allait partir, et où. Et c’était quand même déjà trop tard, à quatre jours près, tellement tout est allé vite ensuite.

J’ai obtenu une dérogation pour quatre jours, pour qu’elle puisse prendre le dernier vol de l’année le 30 novembre. Sinon, c’était un départ fin janvier, alors que nous déménagions mi-décembre. Totalement injouable étant données les démarches à faire dans les derniers jours avant le départ. Vous verrez…

En plus des vaccins pour chat habituels (à jour, bien sûr) , et de la vaccination antirabique donc, il faut aussi un vaccin contre la chlamydiose. Parlez-en à votre vétérinaire AVANT le rendez-vous, il est peu pratiqué en France, il n’en a donc pas forcément en stock.

 

Demander un permis d’importation

Voilà, maintenant vous pouvez vous lancer.
Voici ce qu’il faut envoyer au SIVAP, le Service d’Inspection Vétérinaire, Alimentaire et Phytosanitaire pour obtenir un très officiel permis d’importation :

  • la demande de permis d’importation remplie par vos soins
  • l’annexe 1 rempli, tamponné, signé par votre vétérinaire, pour attester de la résidence en France de l’animal, de son statut vaccinal etc.
  • l’original du rapport d’analyse des anticorps antirabiques
  • les photocopies des pages du carnet de vaccination (courante et anti-rabique) des trois dernières années, tamponnées et signées par le vétérinaire
  • la photocopie de la carte d’identification (tatouage ou puce) tamponnée et signée par le vétérinaire (oui, ça lui fait un peu de boulot)
  • un chèque d’acompte de 125,70 € pour réserver une place en quarantaine

En même temps que vous envoyez tout ça par courrier, vous pouvez aussi transmettre tout de suite au SIVAP une copie des documents par mail, ça vous permet de vérifier tout de suite qu’il ne manque rien.

Si le dossier est complet, ils vous délivrent un permis d’importation dans les 12 jours après réception de toutes les pièces par courrier.
Le permis n’est valable que pour une date, un vol sanitaire (il y en a un en général chaque fin de mois, sauf décembre, bien sûr, pour nous simplifier la vie…), il faut donc bien leur préciser votre calendrier.

 

Trouver un commissionnaire de transport

Air France Cargo, qui effectue les vols sanitaires, ne traite pas en direct avec les particuliers. En attendant votre permis, c’est le moment de trouver une société qui va s’occuper du voyage de votre chat, à savoir : la douane à l’export, les papiers aéroportuaires, la réservation du vol, l’étiquetage de la cage, la dernière visite vétérinaire, la pose des scellés sur la cage etc.

J’ai demandé plusieurs devis auprès des sociétés partenaires d’Air France, qui m’a gentiment donné tous les contacts (il y a souvent des formulaires de demande de devis en ligne, plus pratique) :

  • SCTIL – Françoise Vincent – 01 48 62 06 57 – francoise@sctil.fr
  • FIRST STLC – Stéphanie Le Berrigaud – 01 48 62 75 62 – s.leberrigaud@first-stlc.fr
  • Goldenway Pets – Alex – 01 48 62 87 27- Alex@goldenwaypets.com

A part un devis un peu foufou à 2600 €, trois autres oscillaient entre 980 et 1100 €.

J’ai de la chance, mon chat qui est plutôt un petit gabarit rentre facile dans une cage taille 1, c’est la première catégorie tarifaire.
Bon courage si vous importez un Saint-Bernard.

J’ai choisi la société Goldenway Pets (le devis à 1100, humhum), parce que contrairement aux autres, ils ne font que ça, du déménagement d’animaux de compagnie et sont agréés par les services vétérinaires français.
Ce sont eux qui gèrent la seule quarantaine sur le territoire métropolitain, à Caen (pour les destinations qui demandent une quarantaine avant le départ). On se rassure comme on peut.

Ils proposent par ailleurs un service très utile : la possibilité de laisser les animaux en pension avant le départ. Plusieurs jours, ou une seule nuit, comme nous. Comme il faut être à Roissy à 7h30 le jour J, ça peut servir (20 € la nuit, 30 € le week-end).

J’ai acheté la cage homologuée IATA moi-même sur internet, dans les 50 € (eux la proposent à 89).

Ils sont très sympathiques (quoi qu’un peu débordés en cette fin d’année) et redoutablement efficaces, l’affaire a été bouclée en deux-trois coups de fil et autant d’e-mails.

 

 

IMG_1394_opt

 

 

Vétérinaire, mon ami

Une fois le permis obtenu (le SIVAP vous informe par mail, et vous envoie l’original par courrier), vous allez rendre visite encore plusieurs fois à votre vétérinaire préféré (et accessoirement financer ses vacances au soleil) (mais de toute manière vous en aurez aussi du soleil là où vous allez, donc bon).

D’abord, pour le rappel de la chlamydiose, ensuite pour le premier traitement anti-parasitaire dans les 30 jours avant le départ. Et enfin pour le second traitement dans les 4 jours avant.

Cette dernière visite, ce sera aussi l’occasion de lui dire bye-bye faire remplir le certificat sanitaire que vous a envoyé le SIVAP par courrier en même temps que l’original de votre permis d’importation, des documents qui voyageront avec votre chat (avec aussi le carnet de santé).

Ce dernier certificat sanitaire doit être contre-signé dans la foulée par un vétérinaire officiel de la préfecture de votre département. Et voici précisément qui doit remplir quoi.

Pensez à appeler les services vétérinaires pour un rendez vous dans les 4 jours avant le départ (quand vous sortez de chez le véto), car ce n’est pas le moment de se planter avec les délais

Chaque fois qu’une étape est franchie, n’oubliez pas d’en informer par mail le SIVAP, et de leur transmettre une copie des documents que vous obtenez. Ils sont très serviables, très pro, et répondent rapidement à vos questions en cas de doute.

 

 

Un lit pour la nuit avant le départ

Cette fois, ça y est presque …

Pour nous, le jour J c’était le 29 novembre, pour un départ le lendemain matin. J’ai arraché mon chaton bien-aimé à sa délicieuse sieste pour l’embarquer, avec des scrupules quand même et un petit nœud dans le ventre, direction la zone cargo 4 de Roissy, dans les locaux de Goldenway Pets.

Irving, qui était de permanence ce dimanche (beaucoup de sujets de Sa Gracieuse Majesté chez Goldenway) m’a fait visiter la chatterie où elle allait passer la nuit. C’était joli et bien chauffé, j’ai été vraiment surprise, agréablement, et ensuite plutôt rassurée.

Deux trois signatures, une jolie carte bleue, et voilà, je laissais mon petit chat qui allait embarquer le lendemain pour un long périple direction Tokyo puis Nouméa

 

 

La quarantaine

Après environ 30 heures enfermés dans leur cage scellée dont quelque 22 heures d’avion (le compartiment pour les animaux est pressurisé et chauffé, je précise), les 17 chiens et les 2 chats du vol ont été transférés directement dans les locaux de la quarantaine à Païta.

Le bâtiment est tout neuf, inauguré en 2013 après plusieurs années sans importations possibles le temps de sa (re)construction.

Il n’est pas permis de voir les animaux durant les 10 jours de quarantaine, mais Papa Tortue, qui était encore sur place début décembre, a eu des nouvelles par téléphone dès le lendemain de l’arrivée, puis à plusieurs reprises. A chaque fois, le très gentil soigneur personnel l’a rappelé.
Au début, il a failli perdre un bras à vouloir la caresser, c’est donc que tout va bien …

Alors oui, c’est sûr, la quarantaine c’est pas drôle pour les animaux ni pour leur maîtres, mais il faut quand même admettre que ce n’est pas le bagne non plus.

 

 

La sortie de quarantaine

Cette étape est plus floue pour moi, car nous n’étions pas encore arrivés, et j’ai confié ces démarches aux gérants de l’excellente pension Tim Tam Toum de Païta, recommandée par le SIVAP.

Mado est allée y faire un petit séjour au vert après son périple, le temps que nous puissions venir la récupérer (1000 XPF soit 8 € par jour). Ils ont l’habitude de la procédure et sont donc très compétents pour gérer l’aspect paperasse (et heureusement qu’ils étaient là).

En gros, il faut se rendre au bureau de la Cofely à l’aéroport pour s’acquitter de la redevance aéroportuaire et d’autres bricoles (4 283 XPF pour Mado, soit 36 €).

A ce moment-là, on vous demandera peut-être un certificat stipulant que vous n’avez pas l’intention de faire de l’élevage avec votre animal stérilisé. Ne rigolez pas. Faites juste le certificat. Vous n’êtes plus à ça près.

Dernière étape, à la quarantaine pour régler le reste des frais (29 900 XPF au total pour 10 jours soit 243 €, moins l’acompte déjà versé). Voir les tarifs

Et voilà, ça y est enfin, vous retrouvez votre divin félin ! (qui risque de vous faire un peu la gueule quand même, en plus de vous avoir coûté un bras …)

 

Nouméa, Nouvelle-Calédonie, importation, chat, Sivap, pension, Tim Tam Toum, Paita

En pension. Il y a pire …

 

Après tout ça, comment ça va, le chat ?

Plutôt bien, merci !

Bien sûr, le vol et la quarantaine, je n’y étais pas, je ne saurais jamais vraiment comment ça s’est passé, même si j’ai eu à chaque fois des nouvelles rassurantes, et que les personnes en charge de mon chat au départ et à l’arrivée m’ont inspiré confiance.

Vous non plus vous ne saurez pas. Votre animal vous le racontera peut-être un jour.

La pension Tim Tam Toum en tout cas était top. Mon chat était dans un studio privé, vu qu’elle est un peu asociale timide.

Elle mangeait avec appétit, elle a eu son médicament hebdomadaire, je l’ai retrouvée pas du tout amaigrie comme je m’y attendais, mais belle et poilue comme à son habitude, avec un petit air qui disait :

Ah c’est pas trop tôt ! Je t’attendais…

 

Voilà.
Une nouvelle vie de chat commence, sous le soleil calédonien …

 

 

Lire aussi :

La procédure résumée en 7 étapes
Un article réalisé pour un blog d’études, avec les mêmes infos mais en plus synthétique. C’est du recyclage, mais si ça peut aider …

  • Lulu
    15 octobre 2016 at 16 h 25 min

    Bonjour, je voulais vous remercier pour cet article très détaillé. Nous venons de récupérer notre chat, Iron, après 10 jours de quarantaine. Cet article nous a vraiment aidé et guidé tout au long de la longue procédure d’importation. Bonne journée !

    • Maman Tortue
      15 octobre 2016 at 17 h 38 min

      Merci pour votre message. Je suis ravie de vous avoir été utile, c’est vrai que ce n’est pas toujours facile de trouver des informations récentes avant de se lancer dans cette grande aventure !
      Et bienvenue donc à Iron qui vient de faire un sacré voyage …

  • Rym
    28 février 2017 at 22 h 15 min

    Merci pour votre article,

    Je dois faire les mêmes démarches pour mon chat « Gribouille ». votre article me rassure énormément, j’ai dû le lire au moins 10 fois.
    bien à vous,

    • Maman Tortue
      1 mars 2017 at 6 h 25 min

      Bonjour, je n’ai pas réussi à vous répondre l’autre jour, les mails me sont revenus à chaque fois.
      Jetez un petit coup d’oeil ici : http://www.hello-noumea.com/demenager-animal-nouvelle-caledonie/
      C’est un « faux blog » réalisé dans le cadre d’une formation, mais les informations sont bonnes, et mieux présentées …
      Bon courage !

  • Rym
    3 mars 2017 at 7 h 56 min

    Ohhh :-). Merci infiniment pour ces informations.

    Bonne journée :).