Instagram de Maman Tortue

Retrouvez-nous sur Instagram !

0
Petite cuisine

La fromagerie Tortue concurrence le supermarché

15 mars 2016
chevre_opt

Fromage ET dessert

 

Il y a quelques mois, nous ne connaissions pas encore notre destination, mais nous savions déjà qu’elle serait lointaine. Et que donc, il faudrait revoir quelque peu nos habitudes alimentaires. Car tous les candidats à l’expatriation vers une île lointaine le savent : outre-mer, on ne mange pas pareil qu’en métropole.

S’il n’est pas bien difficile de se convertir aux poissons ou aux fruits locaux, souvent délicieusement exotiques pour nous, il y a des choses qu’il vaut mieux oublier. Ou alors, prévoir de casser son PEL pour acheter une barquette de fraises (ou un reblochon).

C’est comme ça, ça fait partie du jeu.

 

Les courses viennent de (très) loin

En Nouvelle-Calédonie, les supermarchés se sont pas dépaysants, ils ressemblent comme deux gouttes d’eau à leurs cousins français. Mêmes enseignes (Casino, Carrefour et leurs dérivés), mêmes produits, mêmes marques. Pas du tout mêmes prix.

Il faut dire que le territoire cumule un peu les handicaps, question distribution : le marché est très restreint (260.000 habitants) et la concurrence faible. La grande majorité des importations provient de l’Union Européenne (et en particulier de France, 80% de ces importations depuis l’Europe) avec des frais de transport, de logistique et des taxes douanières qui induisent un surcout de 50% du prix d’achat des marchandises, d’après un rapport de l’Autorité de la Concurrence. Et bim !

Alors même que les produits australiens et néo-zélandais seraient à priori plus compétitifs, grâce à coût de transport réduit (nous sommes voisins), on n’en trouve que très peu, pour des raisons vraisemblablement protectionnistes qui m’échappent encore …

 

12,50 euros les 6 pots de 100g de petit-suisse contre 2,60 en métropole

 

 

Le cas des produits laitiers (nos amis pour la vie)

Dans ce même document décidément très instructif, l’Autorité de la Concurrence, confirme ce que tout le monde peut constater au rayon frais. Les yaourts font partie des produits de grande consommation pour lesquels la différence de prix avec la métropole est la plus importante. Le rapport était de 1 à 4,2 en 2007 selon l’ISEE, l’Institut de la Statistique et des Etudes Economiques de Nouvelle-Calédonie.

Car les produis frais voyagent en avion. Et visiblement en première classe …

Ce qui nous donne des petits suisses nature par 6 à plus de 7 euros, une célèbre crème dessert (pour laquelle on se lève tous) à 10,47 euros les 4 pots (pour une saveur un peu chiadée style caramel crousti-truc, certes).

Les yaourt de soja, pas mieux, il faut compter là aussi 10 euros pour 4 pots au chocolat. Et jusqu’à 15 euros pour un camembert d’une marque célèbre,  mais néanmoins industriel.

Mouais.

A ce stade-là, ce n’est plus seulement une question d’argent, c’est aussi une question de principe.

D’accord pour les Flamby de Bébé Tortue, qui y est complètement accro en ce moment. D’accord aussi pour un bon morceau de fromage à la coupe.

Mais entretenir davantage un système fait de taxes et de marges outrancières, qui vend des produits laitiers à prix d’or parce qu’il y a des gens pour les acheter, comptez pas sur nous les gars !

 

L’alternative du fait-maison

Vous me voyez venir ?

Avant de partir, nous avons investi dans une yaourtière. Option fromage, en plus.
Avant, je ne voyais pas du tout l’intérêt, ça ne m’aurait même pas amusée. Mais maintenant … La production s’améliore, et se diversifie.

Malgré des élevages de bétail extensifs, le territoire ne produit plus de lait, ou très peu, depuis une quinzaine d’années. Tout ce qui broute finit en steak.
Mais on trouve à la place de l’excellent lait néo-zélandais, full fat cream bien sûr, ça donne des yaourts magnifiquement caloriques crémeux.

Au lait de soja, c’est un peu plus liquide, mais c’est pas mal non plus.

Pour le fromage, il y a une ou deux petites difficultés quand même. D’abord, je n’ai pas encore réussi à mettre la main sur un ingrédient essentiel. Même à la pharmacie.

 

– Bonjour, je voudrais de la présure.
– Bien sûr, Madame Tortue. Mais c’est quoi ?
– C’est du jus d’estomac de petit veau mort. Vous n’en avez pas?
–   …

 

 

La pharmacienne n’a visiblement pas de yaourtière-fromagère

 

 

A la place de la présure, les petits sachets  pour faire du fromage blanc offrent une bonne alternative. C’est un mélange de ferments et de présure en poudre. On ne peut pas trop doser, mais ça marche très bien…

Au rayon « fromages » nous avons donc testé :

  • les petits crottins de chèvre. Les deux spécimens en photo ci-dessus pour un litre de lait (et une semaine de patience), on est sur la voie de la rentabilité …
  • le fromage blanc. Vraiment très bon ! Egoutté deux jours de plus dans le pot à faisselle, ça donne du petit-suisse. Encore deux jours, vous avez du fromage à tartiner. Encore deux jours, un joli petit fromage plus ferme (photo ci-dessous). Et encore deux jours … Ah ben non, on l’a mangé.

L’autre petit problème dans cette histoire de fromages, c’est l’affinage. « Dans un endroit frais », qu’ils disent … Chez nous, il ne fait frais que là où il y a la clim’.

 

 

Mais est ce vraiment raisonnable d’affiner des fromages dans une chambre à coucher ?

Il faut que j’en parle à Papa Tortue…

 

vache_opt

Petit fromage de vache dans son nid de gaze

 

yaourts_opt

Yaourts à boire mignons

 

 

Lire aussi :

 

  • D'Wettelsemer Schildkrott
    25 mars 2016 at 18 h 52 min

    Au fait, Tatie jardin affine ses fromages dans la cave à vin ! Voilà une idée si vous voulez casser votre PEL : faire des fromages ET collectionner des vins de garde. Mais, vous connaissant, je pense plutôt que vous les consommez au fur et à mesure, comme les fromages 😉

    • Maman Tortue
      25 mars 2016 at 20 h 49 min

      Oui, elle m’a dit. Papa Tortue avait eu l’idée aussi. On en a parlé 30 secondes : mouhahahaha, une cave à vin, alors qu’on va s’approvisionner deux fois par semaine, vraiment ? A Bledmouillé on avait une vraie cave à vin dans la cave, avec des graviers par terre et tout mais il n’y avait que des cadavres (de bouteilles) dedans. Garder, on n’y arrive pas …

  • D'Wettelsemer Schildkrott
    26 mars 2016 at 4 h 34 min

    j’me disais bien 😉