Instagram de Maman Tortue

Retrouvez-nous sur Instagram !

0
Coup de plage

Au phare Amédée 2/2 : une histoire de pièces détachées, et deux records du monde

28 avril 2016

 

Laissons donc nos nouveaux amis à leur vie sauvage, et profitons d’être au pied d’un monument historique pour réviser un peu la topographie des phares et balises sous le Second Empire.

Non, quand même pas …

Je vous ai perdus ?

Dommage, car l’histoire du phare Amédée, le seul phare métallique de France encore en activité, vaut son pesant de boulons. Figurez-vous qu’Ikéa, à côté c’est vraiment petit-bras. Cent ans avant les suédois, des ingénieurs français ont fait bien plus fort qu’une bibliothèque Mjölkört à monter soi-même.

Ils ont inventé le phare en kit


phare3_opt

 

Au début des années 1860, la Nouvelle-Calédonie est une colonie naissante, déjà tristement célèbre pour son bagne, mais aussi pour les naufrages de bateaux (transportant des bagnards, donc) à l’entrée du lagon. Après des mois de mer, avouez que c’est quand même ballot de couler si près du but.
Napoléon III décide alors d’offrir à ce petit bout d’empire un phare qui sécurisera le passage des navires par la passe de Boulari.

L’architecte Léonce Reynaud, directeur du Service des phares et balises, imagine une ossature métallique indépendante de l’enveloppe extérieure, pour éviter la corrosion de l’édifice. Ses plans sont présentés à l‘Exposition universelle de Londres en 1862 tant ils sont innovants pour l’époque. Gustave Eiffel, plus tard, utilisera lui aussi cette technique pour la statue de la Liberté.

 

Un meccano géant

Le phare est construit à Paris dans les ateliers Rigolet, qui commencent à se spécialiser dans la construction de phares clés en main. Après avoir dominé deux ans le quartier de la Villette du haut de ses 56 mètres, il est démantelé en 1265 morceaux, expédiés par bateau au Havre, puis vers Port-de-France, qui n’est pas encore Nouméa. Il est ensuite remonté pièce par pièce en dix mois par une quarantaine d’ouvriers sur l’îlot Amédée qui lui donnera son nom.
Pour la première illumination, c’est la date du 15 novembre 1865, qui est choisie.

Le jour de la Saint Eugénie…

 

Lire aussi :

Le Phare en pièces détachées, Amédée et les tours métalliques du XIXe siècle (revue Livraisons d’histoire de l’Architecture, 2014)

 

phare2_opt

L’intérieur vient juste d’être repeint, alors merci de ne pas salir …

 

phareescalier_opt

 

phare5

 

phare6

 

 

En entrant, le gardien vous dit « bon courage ! ». Mais bizarrement, le plus difficile n’est pas de monter les 247 marches, mais plutôt de les redescendre.
Car il n’y a pas de murs de part et d’autre du vertigineux colimaçon. Une rampe d’escalier, un filet, et au fur et à mesure de la descente alors que la base du phare s’élargit, de plus en plus de vide…

Mais en haut, la vue vaut bien quelques frissons …

 

pa-vue5_opt

 

vuephare2_opt

 

pa-vue_opt(1)

 

goelette5_opt

 

 

Plus grand du monde … et plus petit

Cet élégant navire qui s’éloigne après quelques heures de mouillage près de la plage, c’est Athos, la plus grande goélette privée au monde. Un yacht à voile de 62 mètres de long et 11 mètres de large, qui se loue pour des croisières de luxe dans le Pacifique sud.
Comptez quand même entre 160 et 180 000 euros la semaine, on va plutôt rentrer en bateau-taxi …

Ce qui n’empêche pas de visiter (virtuellement) : voir la description et la galerie de photos
(Oui, il y a TROIS lave-vaisselle …)

 

 

goeletteplage_opt

Papa Tortue, es-tu sur d’avoir bien garé Athos ?

 

goelette3_opt(2)

 

 

Après la goélette géante, voici un autre record (ça commence à fait beaucoup pour une si petite île…) :
même si l’îlot Amédée est un confetti de 37 hectares, il est célèbre pour abriter le plus petit bureau de poste du monde. En fait, une simple boîte aux lettres sur la plage, mais avec une oblitération officielle spéciale, et une levée du courrier chaque jour.

 

Au cas où le farniente sur la plage vous ferait oublier de poster les impôts

Ce serait dommage …

 

 

pa-poste_opt

 

panneaux_opt

On n’est jamais perdus au pied d’un phare …

 

phareamadee_opt

Bye bye, Amédée !

  • MAMAN
    29 avril 2016 at 18 h 17 min

    Merci Jocelyne de nous faire profiter de toute cette banque d’informations pour enrichir notre culture générale !

    • Maman Tortue
      30 avril 2016 at 11 h 32 min

      Oui, je vais bientôt pouvoir travailler à l’office de tourisme…